Hôpital Libanais Gitaoui

Publié le

En juin 1964, Sœurs Annette Dion et Lucille Ouellet, deux sœurs grises spécialisées dans l’administration hospitalière, sont envoyées à Beyrouth pour aider à la réorganisation de l’Hôpital Libanais Gitaoui, alors administrée par les sœurs maronites de la Sainte-Famille. Le 4 juin 1965, deux jours avant leur retour au Canada, le gouvernement du Liban les honore en leur conférant la médaille du Mérite libanais. Par la suite, dès l’automne 1965, deux religieuses du Liban viennent étudier durant deux ans à l’Institut Marguerite d’Youville à Montréal. Les Soeurs Maronites de la Sainte-Famille poursuivent leurs échanges avec les Soeurs Grises de Montréal, via de la correspondance, dans les années 1970.

 

Photographie de groupe représentant Sr Dion et Sr Ouellet accompagnées de Sr Célestine Thomé,  Directrice général de l’Hôpital Libanais, Sr Marguerite-Marie, Directrice du Nursing et les aides-malades de l’Hôpital :

ASGM, L149, F Fonds de l’Hôpital Libanais Gitaoui, Groupe personnel médical, 4 juin 1965

Photographies de la cérémonie de remise de médaille du mérite libanais :

ASGM, L149,F, Dr Yacoub Sarraf décernant la médaille du mérite libanais à Sr Annette Dion, s.g.m., 4 juin 1965
ASGM, L149,F,Cérémonie de remise de la médaille du mérite libanais, 4 juin 1965

Une page du spicilège créé par Sr Annette Dion lors de son passage au Liban (voir dans L149,E ) :

ASGM, L149, E Fonds de l’hôpital Gitaoui, spicilège de Sr Annette Dion, 1964-1965
Collection des Soeurs grises de Montréal, 1993.G.328.1-2, médaille du mérite libanais